La douleur, l’angoisse ou la condition physique pendant un cancer peuvent affecter le désir sexuel. Bien informé des précautions et des libertés à prendre, vous pouvez retrouver une sexualité épanouie.

Le facteur psychologique

 

Avoir des relations sexuelles pendant un cancer

Au cours d’un traitement contre le cancer, le comportement sexuel et affectif peut changer. Une des principales causes de la perte d’appétit sexuel est bien entendu le facteur psychologique. L’angoisse permanente ou la dévalorisation de soi face à l’image qui nous est reflétée dans le miroir sont des facteurs susceptibles de faire diminuer la libido.

Le meilleur baume contre cette déchirure mentale est d’abord le dialogue avec son partenaire ; s’il est à l’écoute et qu’il fait preuve de compréhension vis-à-vis de votre situation, qu’elle soit physique ou mentale, votre relation ne peut que s’améliorer. C’est également la personne la mieux placée pour vous redonner confiance en vous et vous accompagner dans votre démarche de reconstruction. On peut par exemple penser à la chirurgie reconstructrice ou à la dissimulation de certains effets secondaires, comme la perte de cheveux, qu’il est parfois difficile d’entamer seul.

Les effets secondaires d’un traitement contre le cancer

 

Traitement contre la sécheresse vaginale

Outre le facteur psychologique, de nombreux effets secondaires physiques et inéluctables peuvent faire leur apparition : il faut alors apprendre à vivre avec eux si leur traitement n’est pas possible ou immédiat.

Ces effets peuvent aller de la perte du désir à une impossibilité d’avoir une érection. Cela peut être causé directement par la douleur liée à la maladie ou par des séquelles physiques. Par exemple, dans le cas de cancers gynécologiques, les muqueuses peuvent devenir extrêmement fragiles. La prise fréquente de radiographies peut affecter le bon fonctionnement des ovaires, la production d’hormones – souvent de manière définitive – ou engendrer une sécheresse vaginale. Chez les hommes, les radiographies peuvent être à l’origine de troubles de l’érection à cause d’une affection des nerfs et des vaisseaux. Parfois, seul un déficit hormonal peut entraîner ces troubles, notamment lors de cancers de la prostate.

Les précautions à prendre

 

Pourquoi se protéger quand on a un cancer

Même si les cancers ne font pas partie des maladies sexuellement transmissibles, il est important de prendre certaines précautions quant à votre vie sexuelle.

–        Lavez votre literie et votre linge séparément de tout le reste durant les quatre jours qui suivent le traitement

–        Utilisez un moyen de contraception si vous êtes traité par chimiothérapie car des substances peuvent subsister dans les sécrétions

–        Attendez quelques semaines ou mois, selon les conseils de votre médecin, avant de tomber enceinte, pour éviter une éventuelle malformation du fœtus

–        En cas d’opération chirurgicale de la zone pelvienne, attendez la cicatrisation avant d’avoir de nouveau des rapports sexuels

S’il est difficile pour vous et votre partenaire de rétablir une vie sexuelle satisfaisante, vous pouvez consulter un sexologue afin d’obtenir des conseils. Au préalable, assurez-vous auprès d’un spécialiste (gynécologue, urologue) qu’il n’y a plus de traitement médical possible car certains d’entre eux, selon les cas, peuvent atténuer voire éliminer ces déficiences physiques embarrassantes. Dans tous les cas, la communication avec votre partenaire reste la clé !

Faites un don pour la recherche contre le cancer et participez à la reconstruction d’autres vies et sexualités !